De la discussion à l’action: parlons des évènements.

By | 18 novembre 2015

Le paradoxe de la douleur est qu’elle difficilement descriptible mais qu’on ne peut y remédier qu’en l’exprimant.

Nous avons pour beaucoup d’entre nous assisté avec saisissement aux évènements du 14 novembre 2015 au travers des divers médias et suivi des sources officielles et officieuses qui nous ont donné un aperçu parfois trop clair de ce terrible vendredi soir.

Les réactions parisiennes et internationales, se sont vite faites entendre et comme toujours dans ces circonstances, nous avons pu entendre le pire comme le meilleur. Ainsi, les messages commémoratifs courageux et émouvants ont côtoyé les diatribes haineuses et insensées, qui encouragent le morcellement de notre société, recherché par les terroristes.

Aujourd’hui, Saut Jeune propose de mettre en place cette plateforme virtuelle d’expression, de dialogue, où nous pourrons exprimer librement nos ressentis, nos avis sur les débats qu’ont entraîné les attentats, et nos propositions de réaction à adopter en tant qu’individus et en tant que Français.

Après cette période de deuil difficile, nous devons prendre en main notre avenir et pour cela savoir où nous nous situons. C’est avec l’aide de vos commentaires que les membres de Saut Jeune pourront adopter une position plus affirmée et nous l’espérons, vous aiderons également dans votre réflexion personnelle.

N’hésitez donc pas à commenter cet article comme vous le souhaitez.

2 thoughts on “De la discussion à l’action: parlons des évènements.

  1. Elie

    Ce qui m’a particulièrement marqué depuis une semaine, c’est la diversité des réactions et des points de vue, et à quel point la violence des attentats ont poussé vers des prises de positions radicales. C’est la première fois que j’entends autant de personnes si persuadées de la « bonne » ou de la « seule » réaction à adopter. Il faut « qu’on aille se bouger en Syrie », « qu’on bombarde Daesh pour en finir ».

    Une réaction est certainement nécessaire mais il n’y a pas de solutions simples. Si le gouvernement n’a pas agi et mis en oeuvre cette réponse plus tôt, ce n’est pas par lâcheté, ni par incompétence. La France n’est pas devenu un pays faible comme le font entendre certains extrêmes mais au contraire procède aujourd’hui à une réponse adaptée à une situation plus que complexe. De souvenir, les guerres américaines en Irak et en Afghanistan répondant aux attentats de 2001 n’ont pas permis d’instaurer le calme dans les régions concernés, et ont stimulé au contraire le développement d’organisations comme Daesh.

    A côté de cela, j’admire avec émotion l’attitude des Parisiens, des Français, des artistes et des politiques qui ont exprimé leur amour de notre pays et de nos valeurs ouvertement, qui ne se sont pas laissé abattre par l’horreur et l’incompréhension nées de ces attaques. Après la dure vision des rues de Paris vides, j’ai assisté avec fierté au jaillissement d’appels à la fraternité, au soutien et à l’unité. Car c’est réellement sur ce point que nous pouvons agir en tant qu’individus et en tant que citoyens: nous devons continuer de vivre selon les valeurs de notre pays et les mettre en action pour faire comprendre leur importance à ceux qui par ignorance cherchent à les atteindre.

    Merci pour votre lecture et en je vous souhaite à tous beaucoup de courage dans ces moments difficiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.